[Total : 4    Moyenne : 4/5]

Concentrés en antioxydants (vitamines et polyphénols), en fibres et en minéraux, les fruits rouges sont conseillés par certains naturopathes en petites cures pour évacuer les toxines. Mais on utilisera surtout les feuilles des fruits rouges pour en faire des tisanes diurétiques et désengorger le foie et les reins.

La fraise : en cas de crise de goutte. Il suffit d’écraser 80 g de fraises, d’y ajouter un peu de sucre cristallisé, de bien mélanger à 100 ml d’eau chaude. Boire le tout une fois par jour. L’infusion de feuilles de fraisier sauvage est aussi un excellent diurétique.

Le cassis : si la baie de cassis est depuis fort longtemps connue pour ses propriétés anti-infectieuses en raison de sa forte teneur en vitamine C, ses feuilles consommées en infusion permettent de lutter contre les maladies inflammatoires (rhumatismes) en raison des flavonoïdes qu’elles contiennent. Faire infuser un creux de main pour une tasse d’eau bouillante pendant un quart d’heure.

La myrtille : une infusion avec les feuilles est recommandée en cas de diabète.

La cerise : on utilise traditionnellement les queues des cerises pour des boissons diurétiques (10 g pour un litre d’eau à laisser infuser 15 minutes). Mais certains naturopathes conseillent également de faire de courtes mono-diètes (2 à 3 jours) aux vertus dépuratives et reminéralisantes. La cerise a une action drainante, elle libère les toxines, les reins, le foie et les articulations. Et tonifie l’ensemble. Mais attention, elle est très riche en sucre.

La mûre : il faut ramasser la pousse de ronce au printemps et les feuilles en été. Vous les utiliserez ensuite pendant l’hiver en infusion pour soigner les maux de gorge et même les angines.

L’arbouse : on l’appelle aussi la fraise chinoise. Elle arrive à maturité à la fin de l’été. Des décoctions du fruit séché réduit en poudre se révèlent efficaces lors d’engorgement du foie entraînant des problèmes rénaux et de la rétention d’eau (œdèmes).

L'arbouse pour le foie

L’arbouse pour le foie

La framboise : traditionnellement, la tisane de framboisier faisait partie de la pharmacopée des femmes. Une utilisation à double sens : stimulation du muscle utérin pour faciliter l’avancement du travail lors d’un accouchement, ou, au contraire, utilisation abortive en début de grossesse. Car ses feuilles provoquent des contractions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*